Le pronostic vital de l’IRD est engagé !

Publie par le lundi 2 janvier 2017 dans actions en cours, STREM | Aucun commentaires

Lors du dernier CTEP, la direction a présenté un projet d’alignement des Indemnités de Résidence à l’Étranger (IRE) sur la grille du Ministère des Affaires Étrangères définie pour le CNRS. Cela implique une diminution des IRE pour tous les IRDiens, avec une baisse très défavorable pour les IE, les AI et les techniciens. La direction défend ce projet en mettant en avant des économies de l’ordre de 2M d’euros en 2018, soit environ 10% du budget dédié à l’expatriation. Cependant, les économies réalisées ne seront que partiellement réinjectées dans le budget des missions au Sud : est-ce à dire que la priorité de l’IRD n’est plus la Recherche au Sud à travers une politique d’expatriation ?   Le STREM dénonce cet abandon programmé de l’ADN de l’IRD   Contrairement aux autres EPSTs, notre double tutelle nous impose d’inscrire nos projets de recherche dans une stratégie géopolitique liée à la diplomatie scientifique française. L’expatriation est au coeur des missions de l’IRD, elle constitue un des critères de l’évaluation des personnels. Rogner le budget alloué à cette mission, c’est rogner l’identité de l’IRD. S’aligner sur les grilles IRE du CNRS, partager des outils de recherche avec le CNRS (accord cadre CNRS-IRD signé le 5 décembre 2016) et demain, intégrer le CNRS ?   Le STREM ne peut cautionner cette nouvelle réduction budgétaire au détriment de l’expatriation. Nous alertons le personnel sur cette nouvelle attaque de l’identité de l’IRD et l’encourageons à s’exprimer au sein des Conseils d’Unités, des Conseils de Service ou toutes autres instances de débat.   Diffusez: Facebook Twitter Linkedin...

Lire la suite

Pas d’exemption de RIFSEEP pour les EPSTs

Publie par le jeudi 7 juillet 2016 dans actions en cours, STREM | Aucun commentaires

Le Sgen-CFDT se réjouit des annonces faites sur l’agenda social, le mercredi 6 juillet 2016, par le cabinet de la ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche sur l’agenda social. La CFDT retrouve dans ces propositions les principales revendications qu’elle a portées au cours des discussions. Concrètement, le cabinet a confirmé que tous les personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche seront concernés par la revalorisation des rémunérations dans le cadre de l’accord Fonction Publique «Parcours professionnels, carrières et rémunérations (PPCR). Les discussions débuteront en septembre 2016. Pour les ingénieurs et personnels techniques de recherche et de formation (ITRF) et ingénieurs, techniciens et personnels administratifs (ITA), le ministère confirme l’adhésion au Régime indemnitaire de fonctions, de sujétions, d’expertise et d’engagement professionnel (RIFSEEP). Elle sera mise en oeuvre dans le courant 2017. Le Sgen-CFDT a aussi obtenu satisfaction sur la mise en place d’une formation aux missions d’enseignement pour les enseignants-chercheurs (EC) stagiaires, la fin de l’expérimentation sur le mouvement des conservateurs, la mise en place d’un mouvement en deux temps pour les EC afin qu’ils puissent enfin exercer leur droit à la mobilité, en particulier dans le cadre des priorités légales (rapprochement de conjoint, handicap…). Cependant, pour le Sgen-CFDT il est impératif que les discussions sur les contractuels BIATSS se poursuivent car aucun résultat satisfaisant n’est sorti des discussions. Alors que le dispositif Sauvadet de résorption de la précarité est prorogé de 2 ans, il ne serait pas acceptable qu’aucune réponse satisfaisante ne soit apportée aux contractuels. Lien du communiqué :  CommuniquéRIFSEEP70716 Diffusez: Facebook Twitter Linkedin...

Lire la suite

Un point sur le RIFSEEP

Publie par le jeudi 7 juillet 2016 dans actions en cours, STREM | Aucun commentaires

Les annonces concluant l’agenda social de l’ESR et prévues le 6 juillet prochain « doivent être à la hauteur des attentes des personnels », souligne le Sgen-CFDT, le 29 juin 2016. Pour le syndicat, « des questions aussi importantes que la mobilité géographique, la formation initiale des enseignants-chercheurs, les régimes indemnitaires et les rémunérations devront impérativement trouver des réponses précises et ambitieuses ». Il précise que « tout au long des discussions, la CFDT s’est voulue constructive en apportant des propositions précises ». Le syndicat a notamment « exigé une réelle transparence dans l’attribution des primes et une convergence des montants versés entre les filières ingénieurs, techniciens et administratifs ». « La CFDT a également demandé un travail de repérage des emplois occupés par des contractuels mais pourtant reconnus par tous comme permanents afin de permettre la ‘CDisation’ ou la titularisation immédiate et sans concours des agents concernés ». Le syndicat précise avoir notamment « réclamé un plan de revalorisation des rémunérations des personnels comme cela a été le cas pour les personnels de l’Éducation nationale », ajoutant que « la situation des maîtres de conférences doit retenir tout particulièrement l’attention du ministère ». Le Sgen-CFDT détaille ainsi qu’ « avec 1 646 € net mensuel, le salaire des débutants est ridiculement bas pour un recrutement à bac+8, tout comme par ailleurs le taux d’accès au corps des professeurs d’université ». Diffusez: Facebook Twitter Linkedin...

Lire la suite