L’ordre du jour principal de ce CA a porté sur le budget primitif 2013. Voici les principales interventions des représentants du STREM.

Budget 2013

Fonctionnement des Unités

Nous constatons avec satisfaction que le budget prélevé sur l’ANR (1,1 million) a été affecté aux dépenses récurrentes des unités, conformément à nos demandes et aux engagements du gouvernement. Le récurent connaît ainsi globalement une hausse de 17 % par rapport à 2012 (7,6 m€ au lieu de 6,5 m€).

Cependant, nous regrettons que les documents qui nous ont été fournis ne comportent aucune ventilation des crédits aux unités, ce qui nous empêche de constater la réalité de cette affirmation. Nous demandons que cette ventilation nous soit communiquée dans les meilleurs délais. Nous profitons de cette occasion pour rappeler que cette ventilation doit tenir compte des activités mais aussi du nombre de chercheurs dans les unités, et ne doit pas se faire au détriment des sciences humaines sociales.

Le STREM tient également à relativiser cette hausse, dans la mesure où elle fait suite à une baisse constante du récurrent des unités ces dernières années (- 10 % en 2011).

Expatriation et missions longue durée

Le budget alloué aux affectations hors métropole reste stable par rapport à 2012 (33,1 m€). On constate un coût de notre présence au Sud en croissance constante lié, en particulier, à l’inflation forte dans les pays du Sud et à une augmentation de salaire des emplois locaux. Il sera donc difficile dans ces conditions de maintenir notre capacité d’expatriation. Le STREM rappelle que de nombreux agents, en particulier parmi les jeunes, ont vu leurs demandes d’expatriation non satisfaites en 2012. Il s’inquiète dans ces conditions du décalage entre les ambitions affichées de prioriser nos actions sur le terrain et les moyens disponibles.

Instruments de partenariat (LMI, UMI…)

L’IRD compte désormais 24 LMI (+10 par rapport à 2011), chacun bénéficiant d’environ 50 K€ en régime de croisière. Le STREM, tout en reconnaissant l’intérêt de ces instruments de partenariat, s’inquiète de leur nombre en croissance exponentielle et des conséquences financières pour le budget alloué aux UMR. Le STREM demande qu’à l’occasion du prochain conseil d’administration nous soit faite une présentation synthétique de l’ensemble du dispositif LMI/UMI/PPR (cohérence géo-scientifique, gouvernance, coût, évaluation, positionnement par rapport aux UMR).

 

 

AIRD

Le schéma insuffisant de financement de l’agence limite sa capacité à poursuivre le développement de grands programmes fédérateurs. La capacité financière pour 2013 se limitera à couvrir les engagements pendants.

 

Depuis 2006, la position du STREM concernant l’AIRD n’a pas varié : nous pensons que la recherche pour le développement a besoin d’une agence pour coordonner l’effort de l’État (à différents niveaux : orientations, financements, mise en œuvre), mais que cette agence ne peut pas être à l’intérieur d’un des opérateurs et qu’elle doit avoir des moyens. Nous reprenons donc à notre compte la proposition 83 des Assises de la recherche et de l’enseignement supérieur, qui concerne directement l’AIRD : « […] Mieux coordonner les actions des opérateurs publics de l’ESR français avec les politiques publiques à l’international, en particulier dans la recherche pour le développement. Donner les moyens à l’AIRD de renforcer cette coordination en revoyant son positionnement institutionnel et ses leviers d’action. ».

 

Le STREM interpelle les représentants des tutelles présents pour, une fois de plus, leur demander d’accélérer la prise de décision concernant l’avenir de l’AIRD. À ce titre, les décisions qui seront prises suite aux assises de l’ESR sont attendues avec impatience et espoir.

Informations Diverses

Recrutements

– Chercheurs : Compte tenu des 17 départs en retraite, il est proposé de recruter 17 chercheurs dont 11 CR2, 3 CR1 et 3 DR2. 10 postes de DR2 seront également ouverts au concours pour promotion.

– Ingénieurs et techniciens : dans le cadre de la loi Sauvadet de pérennisation des précaires, l’IRD va ouvrir 10 concours réservés et 6 CDI (dont 4 chercheurs et 2 ingénieurs).

Au titre de 2012, 4 postes ouverts à la mobilité dans les unités sont restés infructueux. Ces 4 postes seront également ouverts à concours. Au final, 7 recrutements pourront être opérés, 6 par concours externes (4 au titre de 2012, 2 au titre de 2013), le dernier étant mis en réserve pour pourvoir à un besoin de réintégration. Ces 6 concours externes seront complétés par 4 concours internes.

Information sur le Déploiement de l’IRD en Afrique de l’Ouest et centrale

Cette présentation a été effectuée par le Directeur de la M2GP. Il a été rappelé la priorité française concernant l’Afrique subsaharienne. L’IRD s’engage à augmenter ses engagements directs dans cette région de 50 % d’ici 2025. Actuellement plus de 110 agents y sont expatriés avec plus de 200 personnels locaux. Les problèmes d’insécurité en zone sahélo-sahélienne ont été évoqués, de même que la volonté exprimée au plus haut niveau de voir la présence des agents de l’IRD maintenue et renforcée.

Afrique Centrale : Une ouverture d’une représentation est envisagée suite à une demande exprimée par les autorités gabonaises.

Golfe de Guinée : L’ouverture d’une représentation est également souhaitée au plus haut niveau par les autorités ivoiriennes. Une action exploratoire est actuellement menée au Nigéria et au Ghana par la représentation située au Bénin.

Le STREM s’interroge sur la pertinence, en période budgétaire contrainte, d’ouvrir de nouvelles représentations alors que les représentations existantes sont de plus en plus faiblement dotées, et en particulier au Gabon, où le nombre d’agents affectés est très faible (4 au CIRFMF, 2 à AGEOS et 1 à l’ANPN).

Ce CR n’engage que leurs auteurs.

Nolwen Henaff, Jean-Louis Janeau, Didier Bogusz