Dans une dépêche de l’AEF publiée le 02 octobre, le STREM a appris que quatre inspections générales avaient été mandatées par le premier ministre pour travailler sur un rapprochement Cirad-Inra et IRD CNRS-Universités. Par un courrier du 24 septembre 2018, il demande à ces quatre inspections (IGAENR, IGF, IGAE et CGAAER) d’étudier la perspective d’un rapprochement entre ces organismes.
La mission doit conduire à « une meilleure cohérence de l’offre de la recherche pour le
développement ».

Le STREM a toujours oeuvré dans le sens d’une meilleure efficacité de la recherche au sud. Mais nous ne pouvons être qu’inquiets face à des objectifs annoncés comme « dégager des gains de productivité chez chacun [des 4 organismes] », d’une « optimisation des moyens engagés (économies possibles chiffrées en ETP et masse salariale) » ou de « nouvelles modalités de financement ».
Les organisations syndicales n’ont pas été averties de cette initiative gouvernementale.
Le STREM demande à rencontrer très rapidement le PDG de l’IRD pour connaître sa position sur cette lettre de mission, envisager les conséquences pour l’IRD et ses agents à court terme, et demande à être informé de l’avancement du dossier autrement que par voie de presse !
Les conséquences de cette « rationalisation », dictée par des objectifs essentiellement financiers, seront de réduire la contribution de l’ESR français aux problématiques de développement et risque à terme de la faire disparaître du paysage de la recherche et la coopération française.

 

Diffusion sur liste syndicale le 3 octobre 2018